Sociologie et utilité

Le mouvement sociologique a trouvé une large audience chez les juristes aux Etats-Unis. La sociolo­gical jurisprudence a gagné l’ensemble des esprits entre les deux guerres. Au départ elle proteste contre la « jurisprudence des concepts » (Holmes, The path of the Law, 1897) : le droit ne consiste pas dans la déduction logique des solutions à partir de principes posés a priori, il faut chercher les résultats socialement utiles en « mettant en balance » les intérêts en présence (balancing of interests): c’est Vinteressenjurisprudenzdes Allemands. Continue reading

Droit et société. Spécificité du droit étatique

L’école sociologique a enfin marqué avec force le lien entre le droit et la société. En tant que ce lien signifie le primat de la société dans l’opposition du social à l’individuel, il est tributaire des oscilla* tions du conflit : si le poids des intérêts collectifs croît avec la complication des relations sociales, les droits et la liberté individuels n’en sont revendiqués qu’avec plus de force dans les régimes dits capita­listes, et affirmés dans tous. Aussi bien les sociolo­gues ne nient-ils pas le fait social de cette revendi­cation. Leur influence apparaît ici seulement rela­tive. Continue reading

La « lecture » du droit dans les faits

La méthode sociologique peut néanmoins reven­diquer son efficacité sur le second terrain où elle g’est avancée : le droit « délibéré » n’a de valeur et de durée que dans la mesure où il consacre ce que le fait social exprime. C’est cette « lecture » du droit dans les faits qui est sans doute l’aspect le plus original de la méthode. Continue reading