Bach compose cette cantate au cours de sa troisième année à Leipzig pour le premier dimanche après l’Épiphanie qui, en 1726, tombait le 13…

Bach compose cette cantate au cours de sa troisième année à Leipzig pour le premier dimanche après l’Épiphanie qui, en 1726, tombait le 13 janvier, date de la première interprétation. Pour cette destination liturgique, deux autres cantates ont franchi le seuil de la postérité : les BWV 124 et 154. Les lectures prescrites [archive] du jour sont extraites de l’Épître aux Romains, les devoirs du chrétien 12 : 1-6 et Luc 2 : 41-52, la rencontre au temple1. Bach compose sur un texte de Georg Christian Lehms, poète de cour à Darmstadt, qui le publie en 1711. Lehms traite l’évangile comme un dialogue allégorique de Jésus et de l’âme, et reste proche du texte de l’évangile2. Bach a déjà mis en musique une œuvre similaire de Lehms quelques semaines auparavant, Selig ist der Mann, (BWV 57) pour le deuxième jour de Noël. Dans le Concerto in Dialogo (Concerto en dialogue)3, Bach confie la partition de l’âme à la voix de soprano et les paroles de Jésus à la basse en tant que vox Christi, la voix du Christ, sans tenir compte que le Jésus de l’évangile est toujours un garçon4. Comme le note Klaus Hofmann, le poète « reprend les motifs principaux de l’histoire : la perte, la recherche de Jésus et de sa redécouverte, et les place dans le contexte de la relation du croyant avec Jésus ». Le dialogue se réfère également au mysticisme médiéval et à l’imagerie du Cantique des Cantiques4. Bach ajoute comme choral de clôture, la douzième et dernière strophe du cantique Weg, mein Herz, mit den Gedanken (1647) de Paul Gerhardt.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

2 thoughts on “Bach compose cette cantate au cours de sa troisième année à Leipzig pour le premier dimanche après l’Épiphanie qui, en 1726, tombait le 13…

  1. Un assez merveilleux dialogue entre le hautbois, le basson et le chant ! Franziska Bobe est vraiment d’une grande classe : le timbre est fin, le legato mélodique, la colorature vive et nette, l’éclosion des notes est parfaite…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>