La Mort Rustebeuf, OU CI ENCOUMENCE

La Mort Rustebeuf, OU CI ENCOUMENCE. LA REPENTANCE RUTEBUEF ou RUSTEBUEF. Mss. 7218, 7633, 198 N.-D.
Lessier m’estuet le rimoier,
Quar je me doi mult esmaier[1]
Quant tenu l’ai si longuement :
Bien me doit le cuer lermoier
C’onques ne me poi[2] amoier
A Dieu servir parfètement ;
Ainz ai mis mon entendement
En geu et en esbatement,
Qu’ainz ne daignai nès saumoier[3] :
Se por moi n’est au jugement
Cele où Diex prist aombrement,
Mau marchié pris au paumoier[4].
Tart serai mès au repentir.
Las moi ! c’onques ne sot sentir
Mes fols cuers quels est repentance,
N’à bien fère lui assentir !
Comment oseroie tentir[5]
Quant nès li juste auront doutance ?
J’ai toz jors engressié ma pance
D’autrui chatel, d’autrui substance.
Ci a bon cler au miex[6] mentir :
Se je di : « C’est par ignorance
Que je ne sai qu’est pénitance, »
Ce ne me puet pas garantir.
Garantir ! las ! en quel manière ?
Ne me fit Diex bonté entière,
Qui me dona sens et savoir,
Et me fist à sa forme fière ?
Encor me fist bonté plus chière,
Que por moi vout mort recevoir.
Sens me dona de decevoir
L’anemi qui me veut avoir
Et metre en sa chartre première,
Là dont nus ne se puet r’avoir :
Por prière ne por avoir,
N’en voi nus qui reviegne arrière.
J’ai fet au cors sa volenté ;
J’ai fet rimes, et s’ai chanté
Sor les uns por aus autres plère,
Dont anemis[7] m’a enchanté
Et m’âme mise en orfenté[8]
Por mener à félon repère.
Se cele en qui toz biens resclère
Ne prent en cure mon afère[9],
De male rente m’a renté
Mes cuers, où tant truis de contraire :
Fisicien, n’apoticaire,
Ne me puéent doner santé.
Je sai une fisiciene
Que à Lions, ne à Viane[10],
Ne tant comme li siècles dure,
N’a si bone serurgienne[11].
N’est plaie, tant soit anciene,
Qu’ele ne nétoie et escure
Puis qu’ele i veut metre sa cure.
Ele espurja de vie obscure
La bénéoite Egypciene ;
A Dieu la rendi nete et pure :
Si com c’est voirs, si praingne en cure
Ma lasse d’âme crestiene[12] !
Puis que morir voi foible et fort,
Comment prendrai en moi confort,
Que de mort me puisse défendre ?
N’en voi nul, tant ait grant effort,
Qui des piez n’ost le contrefort ;
Si fet le cors à terre estendre.
Que puis-je, fors la mort atendre ?
La mort ne lest ne dur ne tendre,
Por avoir que l’en li aport,
Et quant li cors est mis en cendre
Si covient à Dieu reson rendre[13]
De quanques fist dusqu’à la mort.
Or ai tant fet que ne puis mès,
Si me covient tenir en pès :
Diex doinst que ce ne soit trop tart !
Toz jors ai acréu mon fès,
Et oï dire à clers et à lès :
« Com plus couve li feus, plus art. »
Je cuidai engingnier Renart ;
Or n’i valent engin ne art,
Qu’asséur[14] est en son palès.
Por cest siècle qui se départ
M’en covient partir d’autre part :
Qui que l’envie, je le lès.
Ci faut la Mort Rustebuef, ou Explicit la Repantance Rustebuef.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

5 thoughts on “La Mort Rustebeuf, OU CI ENCOUMENCE

  1. (On lit en outre au Ms. 7218 : Expliciunt tuit li dit Rustebuef. Par la disposition matérielle des morceaux, c’est en effet ce dit qui termine dans ce Ms. les œuvres de notre trouvère.) Esmaier, étonner. — Il exprime ici un sentiment de surprise mêlé…Xem thêm

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>