À propos des extrêmes et du multiculturalisme:, Le terme “extrême droite” est lancé à tort et à travers dans les médias

À propos des extrêmes et du multiculturalisme:
Le terme “extrême droite” est lancé à tort et à travers dans les médias.
On peut facilement admettre qu’il est extrémiste d’exclure de l’identité nationale [soit du groupe] les individus issus d’une autre origine raciale, nationale ou héréditairement génétique – ce qui implique de s’opposer à leur intégration/assimilation dans le groupe et pouvant même aller jusqu’au génocide. Appuyer l’ultranationalisme ethnique serait donc une position d’extrême droite.
Tout comme on peut facilement admettre qu’il est extrémiste de vouloir abolir toutes les frontières et anéantir le concept d’identité nationale – ce qui impliquerait un bouleversement d’ordre civilisationnel, voire l’annihilation de l’Occident. Appuyer l’antinationalisme globaliste et sans-frontiériste serait donc une position d’extrême gauche.
Par contre, le simple fait de s’opposer au modèle de gestion multiculturaliste [qui ne veut pas dire de s'opposer à la multiethnicité] n’est pas plus extrémiste que le simple fait d’appuyer le modèle de gestion multiculturaliste [tant que ça ne bascule pas dans l'intimidation et la violence, bien entendu - rapport au statut précédent].
Les groupes et mouvements patriotes, nationalistes ou “occidentalistes” qui dénoncent les dérives du multiculturalisme ne sont pas de facto des groupes d’extrême droite.

Les libéraux de gauche et de droite [défenseurs des dérives du multiculturalisme] n’aiment pas qu’on désigne comme islamistes les musulmans

Les libéraux de gauche et de droite [défenseurs des dérives du multiculturalisme] n’aiment pas qu’on désigne comme islamistes les musulmans… qui sont islamistes!
D’abord, parce que ça vient détruire l’amalgame sur lequel reposent leur posture idéologique et leurs accusations d’islamophobie.
Mais cela démontre aussi que même les inclusivistes réalisent que l’islamisme est indéfendable. Et comme ils continuent à le défendre, mieux vaut éviter de le nommer… et continuer de parler de “communauté musulmane” à la place.
Ils peuvent ainsi continuer à accuser leurs adversaires d’être de méchants “anti-musulmans”. L’accusation d’anti-islamiste serait nettement moins efficace pour diaboliser.

Le manque de rigueur, c’est de la désinformation:, Voici un texte conçu pour appaiser les tensions

Le manque de rigueur, c’est de la désinformation:
Voici un texte conçu pour appaiser les tensions… mais qui avance des données erronées ou inventées. Je suis le premier à dire que tous les Musulmans ne sont pas des Islamistes [intégristes], mais de dire qu’il n’y a que 3% des Musulmans qui sont intégristes au Québec, c’est de la désinformation ou de la taqîya.
D’abord, “Philippe Bégin Garti, avocat de Shawinigan converti à l’islam (…), estime qu’environ 10% des musulmans du Québec fréquentent une mosquée régulièrement.” >>> C’est son estimation – qu’il soit avocat ne lui donne pas la science infuse en matière de statistiques démographiques. L’enquête sur les Musulmans du Canada d’Environics Institute parle de 48% qui vont à la mosquée au moins une fois par semaine, soit “régulièrement” [p.17]; je doute que ceux du Québec se situent à ce point en dessous de la moyenne canadienne.
Ensuite: “Combien parmi les plus religieux et les plus conservateurs vont jusqu’à l’intégrisme? L’estimation la plus courante est de 3 % des 300 000 musulmans québécois”. L’article se base sur une simple “estimation courante”. Inversement, l’enquête d’Environics Institute avance que 53% de femmes musulmanes portent le voile au Canada [p.18] – et je doute qu’au Québec, ce ne soit que 20% [ce qui voudrait forcément dire que c'est nettement supérieur à 53% dans le reste du Canada]. Même avec les données “ressenties” avancées par cet article, ce serait 20% d’intégristes qu’il faudrait dire. Le voile, c’est le porte-étendard de l’intégrisme.
Pas étonnant qu’une importante proportion de la population dorme au gaz et soit dans le déni face à la question de l’islamisation quand on leur sert de l’information biaisée. L’Actualité, qui appartient à Rogers Communications, n’est pas seul à le faire.
http://lactualite.com/cultu…/…/02/19/la-poutine-et-le-kebab/
https://www.environicsinstitute.org/…/sur…/final-report.pdf…

Si seulement les Lawrence étaient des Islamistes ayant combattu aux côtés de l’État Islamique, peut-être que Justin Trudeau aurait fait quelque…

Si seulement les Lawrence étaient des Islamistes ayant combattu aux côtés de l’État Islamique, peut-être que Justin Trudeau aurait fait quelque chose pour les aider à “s’intégrer”… Mais ils ne sont même pas musulmans…
Ce qui nous rappelle que c’est le fédéral qui décide pour le Québec en matière d’immigration. Une des raisons pour réaliser l’indépendance.

Pour remettre les pendules à l’heure

Pour remettre les pendules à l’heure. Un témoignage de quelqu’un qui a participé à la manifestation du 25 Novembre:
“Nous étions au moins mille, c’est sûr.
Le groupe d’antifas semblait 150 tout au plus.
Ces chiffres n’ont pas été mentionnés par les journalistes.
Nous avons manifesté à 95% du temps en silence. C’est un fait notable, une caractéristique notable de notre manifestation. Ce fait n’a pas été dit par les journalistes.
Il n’y a eu aucun gaz lacrymogène de lancé ni aucun mouvement de police lors de notre manifestation silencieuse, disciplinée et pacifiste.
Aucun slogan hostile envers les immigrants ou contre l’islam n’a été lancé de notre groupe (La Meute et Storm Alliance).
(…)
Après [un] arrêt près du Palais des congrès, la marche a repris vers le parlement. Un groupe d’activistes masqués (Attalante, je crois) nous a croisés et a entonné des slogans identitaires et des slogans hostiles envers les journalistes. Les organisateurs de la Meute nous ont lancé la consigne de rester silencieux et de ne pas scander ces slogans provocateurs et hors des points contre lesquels nous manifestions.
Évidemment, les caméras et surtout les micros de TVA et Radio-Canada étaient là et ont enregistré ces slogans hostiles. Ils les ont diffusés en faisant croire que c’était l’ambiance générale qui régnait alors que ces slogans venaient d’un groupe masqué composé d’une vingtaine de personnes.
(…)
Après avoir vécu cette manifestation exemplaire, sur place, au cœur de la Meute, j’ai été révolté de voir, encore une fois, à quel point nos journalistes peuvent faire preuve de malhonnêteté totale. On a fait croire aux gens que les deux groupes étaient d’un nombre égal.
On a fait croire que l’ambiance était la même des deux côtés. Une ambiance de violence. Ce qui n’était absolument pas le cas. Du côté de la Meute et Storm Alliance, une sérénité paisible, disciplinée et déterminée prévalait. Aucune violence ou agressivité n’émanait du groupe.”

Une principale caractéristique des extrêmes, droite ou gauche, est l’intolérance absolument intransigeante face aux idées adverses

Une principale caractéristique des extrêmes, droite ou gauche, est l’intolérance absolument intransigeante face aux idées adverses. En plus d’employer des tactiques d’intimidation pour museler ou censurer leurs adversaires, les militants d’extrême droite et d’extrême gauche peuvent aussi avoir recours à la violence.
Laquelle des extrêmes semble la mieux organisée en 2017, au Québec et ailleurs en Occident? Laquelle se mobilise fréquemment pour contre-manifester?
Voyons-nous des Néo-nazis venir perturber les évènements de la gauche libérale/sociétale? Ou des Gauchifas [ceux qui s'autoproclament fallacieusement Antifas] venir perturber des évènements de groupes dits “identitaires” qui contestent le modèle de gestion multiculturaliste?

Ophélien Champlain :, L’hypocrisie des médias

Ophélien Champlain :
L’hypocrisie des médias.
Ce qu’il faut souligner, c’est que Bill Clinton, George W. Bush et Barack Obama avaient tous PROMIS de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël. Ils ne l’ont pas fait – mais ils avaient exprimé l’intention de le faire.
Je ne veux pas que s’ensuive ici un débat sur la question palestinienne. Le but de ce partage est de montrer l’hypocrisie des médias, qui font de Trump le diable incarné, alors que TOUS les présidents en fonction depuis le vote du Jerusalem Embassy Act le 23 Octobre 1995 ont tenu le même discours.

Boris Cyrulnik, neuropsychiatre :, Aucun bébé ne croit en Dieu le jour de sa naissance

Boris Cyrulnik, neuropsychiatre :
Aucun bébé ne croit en Dieu le jour de sa naissance. En revanche, dès qu’un enfant accède aux paroles, dès la troisième année, il entend les récits de maman et de papa. Dans ces récits, Dieu nous protège ou nous punit si on fait des bêtises. L’enfant entend des récits et voit des figures d’attachement (les parents) pratiquer les rituels religieux pour accéder à cette représentation sécurisante et qui unit. À ce moment-là, l’enfant apprend Dieu parce qu’il parle et parce qu’il aime. Aimer le Dieu de maman et papa, c’est vivre dans le même monde mental. J’apprends à aimer le Dieu de mon foyer comme j’apprends la langue maternelle.

Souvenir, souvenir !, En 1976, pour le réconfort des malades, une seule adresse : l’Hôpital d’instruction des armées Percy et son club des Farceurs

Souvenir, souvenir !
En 1976, pour le réconfort des malades, une seule adresse : l’Hôpital d’instruction des armées Percy et son club des Farceurs. Avec le Docteur Sylvain Maigne, nous avions la drôle d’idée de créer ce qui allait devenir une institution connue dans le… monde entier. Enfin, je crois !
Remember Remember !
In 1976, for the solace of the sick, only one address: the Percy Army Training Hospital and its Foolish Club. With Dr. Sylvain Maigne, we had the funny idea of creating what would become an institution known throughout the world. Well I think !

Mort de Johnny Hallyday : Coupable, Au début des seventies, pour payer mes études, j’étais barman au Jack’s Home une boîte de nuit à la mode de…

Mort de Johnny Hallyday : Coupable
Au début des seventies, pour payer mes études, j’étais barman au Jack’s Home une boîte de nuit à la mode de Seine-et-Marne. Un type s’approche du bar et m’interpelle :
- T’as pas une clope ?
- Non Monsieur Hallyday, je suis désolé !.
Johnny repart dépité rejoindre des amis dont Jacques Brel et Barbara attablés un peu plus loin.
Aujourd’hui, je me sens coupable de ne pas avoir été ces derniers jours sur les plateaux télé dire combien j’avais connu Johnny – un ami ! – et le souvenir impérissable qu’il m’avait laissé de cette entrevue hautement philosophique !
Death of Johnny Hallyday: Guilty
At the beginning of the seventies, to pay for my studies, I was a barman at Jack’s Home, a fashionable nightclub in Seine-et-Marne. A guy approaches the bar and calls me:
- Do not you have a cigarette?
- No Mr Hallyday, I’m sorry!
Johnny left disappointed to join friends whose Jacques Brel and Barbara seated a little further.
Today, I feel guilty for not having been these last days on the telly telly how much I knew Johnny – a friend! and the imperishable memory he had left me of this highly philosophical interview!